Blog

Mise à jour du guide pratique de dépistage et de prise en charge des expositions au plomb chez l’enfant mineur et la femme enceinte. (2018)

1 – Quand et comment évaluer l’exposition au plomb d’un enfant de moins de 6 ans ?

Chez l’enfant de moins de 6 ans, il importe de rechercher les facteurs de risque d’exposition au plomb à l’occasion des visites médicales. Un questionnaire est proposé dans l’encadré suivant, à remplir avec les parents. Les résultats de cette enquête sont conservés dans le carnet de santé.
Les bilans des 9e et 24e mois, donnant lieu à la rédaction des 2e et 3e certificats de santé, ainsi que les examens des 3e et 4e années sont de bonnes opportunités pour :
• Identifier la présence de facteurs de risque.
• Diffuser les messages de prévention le cas échéant (cf. fiche H).

2 – Quand prescrire une plombémie ?
Il convient de prescrire une plombémie dans les situations suivantes :

  1. Repérage d’un risque environnemental chez un enfant asymptomatique
    Le dépistage du saturnisme infantile doit être ciblé sur les enfants de moins de 6 ans présentant au moins un facteur de risque identifié à l’aide du questionnaire proposé dans l’encadré suivant.
  2. Diagnostic étiologique d’un enfant symptomatique
    a. Avec suspicion d’un risque environnemental et :
    • Troubles cognitifs (difficultés d’apprentissage).
    • Troubles du comportement (troubles de l’attention, hyperactivité, pica).
    • Troubles neurologiques, de la motricité fine.
    Il n’est pas indiqué de mesurer la plombémie des enfants en cas de douleurs abdominales (fréquentes en
    population générale, aspécifiques).
    b. Avec symptôme grave nécessitant un dosage en urgence de la plombémie ou spécifique :
    • Anémie résistant au traitement martial bien conduit
    • Découverte fortuite de bandes denses métaphysaires sur une radiographie des os longs ou de
    fragments radio-opaques de forme non identifiable en regard d’aires digestives
    • Troubles neurologiques sévères : convulsions avec signes d’hypertension intracrânienne.

5 – Comment prescrire une plombémie de dépistage ?

Les conditions de prise en charge des consultations médicales et de la plombémie sont présentées dans la fiche sur la prise en charge par l’assurance maladie obligatoire et complémentaire du dépistage, du suivi et du traitement du saturnisme (cf. fiche R).

La prescription de la plombémie comprend deux étapes.
Etape 1 : la prescription

  1. Prescrire une plombémie, ainsi qu’une numération formule sanguine et une ferritinémie à la recherche d’anémie par carence martiale fréquemment associée (aucune nécessité d’être à jeun).
  2. Depuis le 8 février 2005, date d’entrée en vigueur de l’arrêté du 18 janvier 2005, les consultations ainsi que les plombémies de dépistage et de suivi du saturnisme sont totalement remboursées par l’Assurance maladie pour les enfants de 0 à 18 ans et les femmes enceintes (cf. fiche R).
  3. Compléter la fiche de surveillance Cerfa, téléchargeable sur le site de Santé Publique France (InVS) :
    https://www.formulaires.modernisation.gouv.fr/gf/cerfa_12378.do
  4. Remettre à la famille la prescription, la fiche de surveillance Cerfa et la fiche d’information associée sur l’informatisation des données.
    http://www.invs.sante.fr/content/download/101242/365838/version/1/file/FicheInfoSurveillancePlo
    mbemies_dec2014.pdf
  5. Reporter la prescription dans le carnet de santé.
  6. Donner les messages de prévention aux parents (cf. fiche H).
    Etape 2 : la déclaration lors de la réception des résultats :
  7. Prendre les mesures médicales qui s’imposent (cf. fiche E).
  8. Rappeler les messages de prévention aux parents (cf. fiche H).
  9. Si la plombémie est supérieure ou égale à 50 µg/L, il est obligatoire de déclarer le cas de saturnisme à la cellule de veille d’alerte et de gestion sanitaire de l’agence régionale de santé par l’intermédiaire de la fiche de surveillance Cerfa 12378*03 complétée des renseignements cliniques et des résultats biologiques (cf. fiche D).